BIOGRAPHIE

1972 : Naissance à Rodez (Aveyron). 1980 : réalise qu'il sera artiste pour « changer le monde ». 1992 : École supérieure des Beaux-arts de Toulouse. 1998 : intervient auprès d'enfants autistes pour leur offrir un espace d'expression. 2001 : construit une œuvre fondée sur le triptyque : installation-performée / tatouage / performance.

2007 : début d’une pratique intensive d’aïkido ou il apprends le sens de la chute, de la perte. 2016 : prise de la présidence de FA.ZA.SO.MA. avec son premier déplacement à Madagascar. 2019 : son atelier devient un tiers-lieu ouvert sur la rue à Châtel-Guyon(63). 2021 : totalise 97 expositions dont 33 performances participatives, 10 actions Tatoo. 1200 peintures.



​« Sébastien Layral : Allez viens !

Quand le titan du Causse sort de la toile, le bien vaillant s'est mué en bienveillant. Depuis l'an 2000, Sébastien Layral s'évertue à proposer un nouvelle espace de liberté à l'art de ses contemporains. Alléchant programme entre questionnement et philosophie authentique. Où comment changer le monde ? Moteur !

Personne du public altérant la peinture, Installation-performée LOST, 2017 YIA ART FAIR, PARIS.


Un autoportrait monumental représente l’artiste demi-face au regard lourd de reproches ou de détermination. Visage massif, barbe dense et ce tatouage au trait continu qui cerne l’œil gauche (série Lost, 2014-2021). Le réalisme est neutre pour celui qui revendique avoir toujours refusé d’avoir un style. Vérité crue, peau claire-obscure devenue noire sur l’épaule. Serait-ce l’orée d’un futur métissage probable en Occident ? Aujourd’hui, cette scène est encore impropre au circuit socialement acceptable...

740 LOST 2014, Oil on linen (41x33



De toute façon, Sébastien Layral brouille allègrement les pistes. Il a décidé que le coût de chaque gommette rouge, achetée à lui 1 € et collée sur son visage, serait reversé à l’association FA.ZA.SO.MA. « Savoir perdre : prendre un morceau de ma part la plus intime correspond à offrir à un enfant malgache un séjour à l’école pendant deux semaines, repas du midi inclus ! »


DE L’AVEYRON JUSQU’ À MADAGASCAR



Visite de l’Ecole d’ILAKA, aidée par FA.ZA.SO.MA. pour la scolarisation par la gratuité des repas scolaires.



Sébastien crève de remuer les esprits étriqués. Pour l’Autre, sa force se décuple. Il tend sa joue, puis, superbe- ment, son lobe se détache et se pose dans un flacon en verre. Quelques discrètes gouttes de sa