• layral

JE VOULDRAI

JE VOULDRAI

Il voulait combattre les songes,

Moissonneurs indigo amers.

Accordé aux étoiles en longes,

Aux petits seins tout de travers.

Couleurs foncées, touchées, coulées,

Ayant frottés sur tartines d’ail.

Parquets échoués de bois flotté

En chevauchées comme samouraï.

On s’est mangé toutes les images,

Assis au fond de nos trésors.

Voir ces autruches des plages,

Constituées en longs décors.

Se lèvera t on comme un seul môme?

Couvrant de blanc toute nos histoires.

Armés du mouvement autonome,

Qui coupe les mots, les territoires.

Il rêvait encore de perdre,

Au récit du jaguar présent.

Sa langue, son oreille, superbe,

Et ainsi, projeter les gens.

Il attends las, couché et seul,

A étaler de la lumière.

Sur le tissu de son linceul,

Comme s’il pouvait en être fier.

C’est nul,

C’est petit,

Ses mules,

Ces partis,

Enculent,

Les esprits,

Des enfants libres qui gambadent sans ventre le long de la frise qui bordent nos savoirs écourtés, assombris.

Ensemble et encore...


47 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

SAL8

OREYES