• layral

OREYES


Allez viens ! Viens €ntendre.

Tendre les points de suture qui nous unissent. Encore attendre, sur le mur nu de nos supplices. Clouer le silence aux apathiques silices. Suturer les marchands de malices.

Comme chantant masqué à l’office. De noirs pirates, sous Bastille, immondices. Se révèlent en rois et cicatrices. Feutrés FUCK UR MORALS sur la police.

Qu’un bout de nous parfumé aux épices. Contenu en flacon de lice. Libéré par césure, dansant appendice. S’écroule immergé sous l’injustice

A la lumière du temps, en édifice.

Nous apprendrons à perdre et au matin du mille. Sans espoir, sans peur et libre. De nous fendre en deux, plus en vain : en équilibre. Pour soutenir les filles, la mer, le fil.

Le feu ment… « Je dis la vérité… la folie c’est comme l’intelligence… je te rencontre, je me souviens de toi. » Je me rencontre et me souviens du nous.


https://www.layral.fr/censure