PAINTING AS A PATH

 

Sebastien Layral comes from the woods and the earth. He carries the proud serenity of the Causse on his shoulders. Born in Rodez, the strong hills, he immediately became part of the elements. To note his belonging to a lineage, he readily evokes rough men, a direct relation to things and beings, an art of being camped on one’s ground.

Primitive roughness ... today the brute canvas of the paintings which he stretches and prepares himself, laborer of the initial earth. From childhood, which he barely talks about, emerged the fiery desire, from the age of eight, to take a different path. Not that of the father or the clan, not that assigned by other people’s judgments, conveniences or norms. Far from the sirens of possession, it was a question of creating, of imagining ... After dreaming of being a surgeon and then a priest, he was caught in the waves of a constant desire to draw. A certain continuity, if one looks back. Desire, which is the focus of the subject, can no doubt be formulated thus: to move between the lines, to take place where no one expects it, to become something other.

After a Bachelor's degree in applied arts, his experience at the Fine Arts Institute in Toulouse, from 1992 to 1995, placed a thorn in the wound opened in these days. Painting was no longer fashionable at the time, figuration even less. In between the student Layral and the school existed a profound misunderstanding. Dismissed without explanation before the end of his third year, he developed a bitterness at the time which has transformed, in retrospect, into lucid thought. The lessons of this disappointment are diverse and essentially fruitful. First a stubbornness: if painting was so badly considered, then this was the path Sebastien was to explore. Then, after closing the door, he forgot the history of art. The matter was closed. No hard drive, only random access memory. Finally, as if in order to fill a vacuum, he developed a strong taste for philosophy. Little by little, the tripod he set up became his guideline : think, say, do. A balance between concept, relationship and experimentation.

To be an artist is above all to explore the field of possibilities, to examine closely the main principles in order to better shake them. Becoming oneself by questioning what is and what once was, through the rigor of the process and faith in the adventure. A nomadism that evokes Robert Filliou’s formula : whatever you do, do something else. A funny paradox is that the Air Force, where he performed his military service as a photo lab manager, offered him a large room where he could do whatever he wanted ; paint.

Every course conceals its steps, its back roads. In reality, these are very often approaches. Before opening an art studio in 1998 and thus making art his career, Sebastien Layral worked two years in an institute that worked with young autists. The concept was to produce an exhibition of their art work. One can easily imagine what was at stake in this project in the light of the artist's future approach: to hear the voice - even unlikely, even tiny - of the other, to put oneself at his service, in one way or another and follow his point of view. My nature is not my nature, it does not bother me to change it.

 

 

At the end of this necessarily experimental parenthesis, the path was laid, plowed by reason and emotion. The artist knew that to advance was to question (onself), and that the answers were not the goal. He knew how to advance in a sick society, which admits only one point of view and imposes it violently.

For several years, Sebastien Layral lived an internal crisis that almost secluded him in the art studio and at the same time unleashed a fiery search. It is difficult to say for the artist what questioned, consciously or not, and guided this quest. Maybe this: who am I? How to be the tree-self in the forest of other-possibles? In this great rustling silence, self-portraits and portraits would be the path, enriched, enlarged from one experience to the next.

From the outset, the artist inscribed the presence of others in his own appearance. By inserting his face into bodies borrowed from the clichés of press magazines or downloaded by Internet users encountered on a forum, he initiated with this "common self-portrait" an interactive approach that was to become enriched.

I am (in) another. You are (in the heart of) me.

At the beginning of the years 2000, Sebastien Layral placed the construction of each (self) portrait as a game of exchange, relation and gesture, via tools - computers, webcams, screens ... Even if for a very short time, the model’s intervention guided the painter’s work, even contradicting it. The model is for me the center of everything. The exchanges, virtual or not, very quickly cross the tactile and the flesh: texts of hidden conversations in the canvas, the artist’s imprint, and later tattoos performed in public. By giving the model the opportunity to observe, comment, guide, and soon intervene in his work, he revisited the art of the portrait fixed by centuries of convention, rigidified in a relation of domination in which the subject tends to become an object: inert, consenting, mute. Conversely, Sebastien Layral has constantly introduced the model on the canvas to give him or her the tools of his or her own emancipation.

The "peintomaton", developed in 2004, marked a form of orientation for performance art. Visitors at the exhibitions were invited to become models, instantly. While the audience attended this live painting, the painter adapted his movements and even the changes made by the model.
In this way, the ideal triangle was formed : artist / model / public, where everyone’s position changes, where the desire to be the other, even if only for a brief moment through a repositioning of acquired positions invites the subject to come out of his comfort zone. 

As of 2005, several exhibitions whose subject were the "ego" becoming an abundant @go, Layral refined the principles that shaped his work: think, say, do. His art gradually increased his reflexive dimension, expressed by values ​​or virtues: openness, emotion, doubt, energy, desire. Faith in the power of words - his own, those of others - was also widening: whether it was said, inscribed, coded, tattooed, they anchored the painting in a momentum that goes beyond the mere act of painting.

An ever-broader confidence came when the public, visitors, close friends, strangers adhered to his dream of sharing with the public. My act of rebellion is to love, unlike what our society proposes. 

As for the power to do, it also intensified when the artist agreed to give up details in place of energy in his exhibit INO ONI (2011-2013): made unsacred, fragile, ephemeral, painting was even more so a path leading to the other.

A retrospective in 2012, spiced up with a touch of self-derision, confirmed how this double movement - art in series and constant renewal - led him on the river banks of becoming a fully mature artist. Another relationship to time was emerging: slower, longer, more abandoned to patience. The time it takes, how good it is to lose some in order to gain something else ; increased balance and density. The artist’s early beginnings in Aikido revealed a journey in which everything is linked: painting, writing, inscribing, tattooing, grasping, falling, and rising.

Dispossession, which was a watermark from the very beginning, more recently translated into the series DESIRE (2014), was indeed the breeding ground for the roots of the tree to infiltrate. 
By depositing the arms of ego, erasing narcissistic temptation as much as possible, humans become subjects and mirrors of each other.Today, Sebastien Layral works in an open art studio that you can see from the street in Châtel-Guyon.In summer, he installs a small living room on his doorstep: a bench, a ficus tree, water or coffee. His models are often those who stop to visit. In this former store, he trades proximity, love and peace. Painting is a way to enter a person’s truth in an affirmative manner.

Danielle MAUREL 2014

LA PEINTURE COMME CHEMIN

    

Sébastien Layral vient du bois et de la terre, il porte la sérénité altière du Causse sur l'épaule. Né à Rodez, la colline forte, il fait corps d'emblée avec l'élémentaire. Pour noter son appartenance à une lignée, il évoque volontiers des hommes durs au mal, un rapport direct aux choses et aux êtres, un art de se tenir campé.

Rugosité primitive... aujourd'hui toile brute des tableaux qu'il tend et empèse lui-même, laboureur de la terre initiale. 

De l'enfance, dont il livre peu, émerge le désir vif, dès l'âge de huit ans, de prendre une voie différente. Pas celle du père ou du clan, pas celle assignée par le jugement d'autrui, les convenances ou les normes. Loin des sirènes de la possession, il s'agit de créer, d'imaginer... Après avoir rêvé d'être chirurgien puis curé, le voici pris dans les vagues d'une envie constante de dessin. Une certaine continuité, si on y réfléchit bien. Le désir, dont il sera tellement question plus tard, peut sans doute se formuler ainsi : circuler entre les lignes, prendre place là où l'on n'est pas attendu, devenir autre.

 

Après un baccalauréat en arts appliqués, l'expérience des Beaux-Arts de Toulouse, de 1992 à 1995, plante l'épine d'une blessure dans la peau des jours. La peinture n'est pas dans l'air du temps, la figuration encore moins. Entre l'étudiant Layral et l'école, le malentendu est profond. Remercié sans explication avant la fin de la troisième année, il en conçoit sur l'instant une amertume devenue, avec le recul, pensée lucide. Les leçons de cette déception sont diverses et pour l'essentiel fructueuses. D'abord un entêtement : si la peinture est mal vue, c'est donc cette voie qu'il lui faut explorer. Ensuite, refermant la porte derrière, le voici qui en oublie l'histoire de l'art. L'affaire est close. Pas de disque dur, seulement de la mémoire vive. Enfin, il développe, comme pour combler une forme de vide, un goût affirmé pour la philosophie. Se met en place peu à peu le triptyque qu'il fait sien aujourd'hui : penser, dire, faire. Un équilibre entre le concept, la relation et l'expérimentation. 

Être artiste, c'est avant tout explorer le champ des possibles, examiner de près les grands principes pour mieux les bousculer. Devenir soi en remettant en cause ce qu'on / ce qui a été, par la rigueur des processus et la foi dans l'aventure. Un nomadisme qui n'est pas sans évoquer la formule de Robert Filliou : quoi que tu fasses, fais autre chose. 

Paradoxe amusant, c'est l'armée de l'air, où il accomplit son service militaire en tant que responsable du labo photo, qui lui offre une grande salle où il peut faire ce qu'il veut, c'est-à-dire peindre. 

 

Tout parcours recèle ses pas de côté, ses chemins de traverse. En réalité, ce sont bien souvent des approches. Avant d'ouvrir en 1998 un atelier et d'entrer ainsi dans la carrière, Sébastien Layral travaille deux ans dans un institut qui accueille de jeunes autistes. Il s'agit d'aider ces enfants à produire une exposition de leurs travaux. On peut se représenter aisément l'enjeu de ce projet à l'aune de la démarche future de l'artiste : entendre la voix – même improbable, même minuscule – de l'autre, se mettre à son service, se placer d'une façon ou d'une autre à son point de vue. Ma nature n'est pas ma nature, ça ne me dérange pas d'en changer

A l'issue de cette parenthèse forcément expérimentale, le terrain est prêt, labouré tout à la fois par la raison et l'émotion. L'artiste sait qu'avancer c'est (se) questionner, et que les réponses ne sont pas le but. Et il se sait avancer dans une société malade, qui n'admet qu'un point de vue et  l'impose violemment.

Pendant plusieurs années, Sébastien Layral traverse une crise intérieure qui le replie quasiment dans l'atelier et en même temps le déplie dans une recherche ardente. Difficile de dire à sa place quelle question guide, consciemment ou non, cette quête. Peut-être ceci : qui suis-je ? comment être l'arbre-soi dans la forêt des autres-possibles ? Dans ce grand silence bruissant, l'autoportrait et le portrait seront la voie, enrichie, élargie d'expérience en expérience. 

D'emblée, l'artiste a inscrit la présence d'autrui dans sa propre apparence. En insérant son visage dans des corps empruntés aux clichés de la presse magazine ou prêtés par des internautes rencontrés sur un forum, il initie avec cet « autoportrait commun » une démarche interactive appelée à s'enrichir. 

Je est (dans) un autre. 

Tu es (au cœur de) moi. 

 

A l'orée des années 2000, Sébastien Layral met en place dans la construction de chaque (auto)portrait un jeu d'échanges, de relations et de gestes, via des outils – ordinateur, webcam, écran... Même très courte, l'intervention du modèle guide le travail du peintre, voire le contredit. Le modèle est pour moi le centre de tout. Les échanges, virtuels ou non, croisent très vite le tactile et le charnel : textes de conversations cachés dans la toile, empreintes de l'artiste, plus tard tatouage lors de performances. En donnant au modèle l'occasion d'observer, de commenter, d'orienter, et bientôt d'intervenir sur son travail, il revisite un art du portrait figé par des siècles de convention, rigidifié dans un rapport de domination qui d'un sujet tend à faire un objet : inerte, consentant, muet. À l'inverse, Sébastien Layral n'a de cesse de faire entrer le modèle dans la toile, et de lui donner les outils de son émancipation. 

Le « peintomaton », mis au point en 2004, marque une orientation marquée vers la performance. Les visiteurs de l'exposition sont invités à devenir, instantanément, modèles, tandis que le public assiste à cette peinture en direct où le peintre doit s'adapter aux mouvements, voire aux changements, du modèle. Ainsi se profile un triangle idéal artiste / modèle / public où la place de chacun se fait changeante, où circule une envie d'être autre, ne serait-ce que le temps d'une brève mise en jeu des positions acquises et de délicieuses mises en abyme. 

 

À partir de 2005, au fil de plusieurs expositions placées sous le signe d'un « ego » devenu @go foisonnant, Sébastien Layral affine les principes qui architecturent son travail : penser, dire, faire. Son travail accroît en effet peu à peu sa dimension réflexive, exprimée par des valeurs ou des vertus : ouverture, émotion, doute, énergie, désir. Une foi dans le pouvoir des mots – les siens, ceux des autres - se creuse également : qu'ils soient dits, inscrits, codés, tatoués, ils ancrent la peinture dans un élan qui dépasse de plus en plus l'acte de peindre. 

Une confiance toujours plus vaste dans l'adhésion à son rêve de partage du public, des visiteurs, des proches, des inconnus. Mon acte de rébellion c'est aimer, à l'inverse de ce que la société propose. 

Quant à la puissance du faire, elle s'intensifie aussi en acceptant de renoncer au détail pour l'énergie dans l'exposition INO ONI (2011-2013) : désacralisée, fragilisée, éphémère, la peinture est plus que jamais un chemin vers l'autre. 

Une rétrospective en 2012, pimentée d'une touche d’auto-dérision, confirme combien un double mouvement – art de la série et renouveau constant – ont conduit l'artiste sur les rives de la pleine maturité artistique. Un autre rapport au temps se dessine : plus lent, plus long, davantage abandonné à la patience. Le temps que l'on prend, il est bon de le perdre et d'y gagner autre chose, un équilibre et une densité accrus. La pratique précoce de l'aïkido signale un cheminement où tout est lié : peindre, écrire, inscrire, tatouer, saisir, tomber, se relever. 

La dépossession, en filigrane dès les premiers travaux, traduite plus récemment dans la série DESIRE (2014), est bien ce terreau où se sont infiltrées les racines de l'arbre. En déposant les armes de l'ego, en gommant au maximum la tentation narcissique, l'homme devient sujet et miroir de l'autre. 

Aujourd'hui, Sébastien Layral travaille dans un atelier ouvert sur la rue à Châtel-Guyon. L'été, il installe sur son pas de porte un petit salon : un banc, un ficus, de l'eau ou du café. Ses modèles sont bien souvent celles et ceux qui se sont arrêtés pour voir. Dans cet ancien magasin, il fait commerce de proximité, d'amour et de paix. Peindre, c'est entrer de plain-pied dans la vérité de l'autre. 

 

 Danielle MAUREL 2014